5 mythes concernant l’efficacité et l’organisation personnelle

L’efficacité, c’est un peu la même chose que l’abominable homme des neiges. On entend toutes sortes de choses à ce sujet.

Voici 5 mythes répandus qui vous ont peut-être bloqués dans votre quête de l’efficacité et de l’organisation personnelle.

les mythes sur l'efficacité personnelle

Mythe ou réalité ?

1. Etre efficace, c’est remplir ses journées et en faire un maximum

On croit souvent qu’être efficace, ça consiste à en faire toujours plus, plus, plus.

il existe mille façons de s’occuper. Mais le fait d’être occupé n’a rien à voir avec l’efficacité et la satisfaction du travail accompli.

On peut réaliser 25 choses dans la journée et avoir l’impression étrange et désagréable, le soir venu, d’avoir perdu son temps.

Comme on peut n’accomplir qu’un seul travail essentiel au cours de la même période, et ressentir en fin de journée un grand sentiment d’accomplissement.

Ceux qui visent l’efficacité se concentrent avant tout sur les choses les plus importantes et éliminent le reste.

Ils savent qu’ils ne peuvent pas tout faire. Ils doivent donc faire des choix éclairés, pour savoir aussi bien quoi faire, que quoi ne pas faire.

Ils savent que l’efficacité ne se mesure pas au temps passé à réaliser une tâche, mais aux résultats obtenus.

L’idée, ce n’est pas de remplir son temps d’occupation en tout genre et d’en faire toujours plus.

C’est de travailler mieux. De faire les bonnes choses. Celles qui nous rapprochent de nos buts et qui nous apportent le plus de résultats. Quel que soit l’objectif qu’on cherche à atteindre.

2. S’organiser, c’est brider ses journées de toute forme de liberté

Beaucoup voient dans l’organisation personnelle plus de complications que de bonnes choses au quotidien.

S’organiser, c’est s’imposer des contraintes et fixer un cadre rigide qui nous prive de liberté.

J’en parlais déjà dans cet article qui levait le voile sur 2 idées reçues concernant la planification.

Il n’y a plus de place pour l’improvisation, le hasard de la découverte, le plaisir du moment présent.

Je ne suis pas tout à fait d’accord. Car l’un n’empêche pas l’autre.

En revanche, ce qui est sûr, c’est que si on veut accomplir des progrès significatifs dans un domaine précis, avancer de façon concrète et ne pas lâcher en cours de route, l’organisation vous sera d’une aide précieuse.

On peut très bien organiser un minimum ses journées pour nous aider à réaliser les tâches qu’il nous revient de faire, et profiter sans rien planifier le reste de son temps.

La réalité, c’est qu’un planning est fait pour être flexible. Avec une bonne organisation, vous gérez mieux les imprévus. Ce qui, paradoxalement, vous donne plus de liberté.

Si vous aviez prévu un rendez-vous avec votre client mais qu’un travail prioritaire vient de vous tomber dessus, vous n’êtes pas forcément pris au dépourvu.

Comme vous avez laissé de la place dans votre agenda, vous pouvez bouger vos activités comme on bouge des blocs dans un jeu de construction.

La liberté est agréable à vivre au quotidien.

Le problème, c’est que fonctionner au gré des circonstances amène souvent bien plus de stress.

On se retrouve rapidement dépassé lorsque les choses ne se passent pas comme on le voudrait.

3. S’organiser, c’est s’empêcher d’être créatif

Quand on est organisé, on cloisonne trop son travail et son esprit pour nous permettre de trouver des idées.

La réalité, c’est que les idées naissent dans un esprit serein et détendu, pas dans une tête embrumée et coincée dans un guidon 40 heures par semaine.

Pour être créatif, il faut donc se libérer l’esprit.

Comment ? En prenant du recul, ou de la hauteur, sur ses activités.

Cela est possible en mettant à plat la façon dont on remplit son quotidien, en prenant le temps de trier ses engagements et d’organiser son travail.

A ce moment là, vous aurez fait de la place dans votre tête pour accueillir des idées fraiches, nouvelles, astucieuses.

Vous pouvez également stimuler votre cerveau droit, siège des idées créatives, en sortant de votre cadre de travail habituel.

L’idée, c’est de faire des activités qui vous détendent : une ballade en bord de mer, un ciné, un bon bain chaud.

Mais là encore, vous en profiterez d’autant plus que si vous avez pris du recul sur vos occupations quotidiennes.

4. Viser l’efficacité, c’est refuser de profiter de la vie

Cela rejoint un peu le point numéro 2. Quand on veut à tout prix être efficace dans son travail, on en oublie de prendre du plaisir en cours de route.

Mais ce n’est pas tout à fait vrai. Même si il est possible d’user de certaines ruses pour avancer plus vite ou plus facilement dans ses tâches.

La réalité, c’est qu’il est difficile de profiter des bonnes choses de la vie si l’on est sans arrêt balloté par les évènements, à courir après le temps. Quand on a tout un tas de petites choses qui encombre notre tête et nous cause du soucis.

L’efficacité, c’est justement la capacité à accomplir ce qu’on doit faire sans perdre de temps, pour pouvoir profiter davantage des choses qu’on aiment faire.

Bref, rien ne vous empêche de développer votre efficacité personnelle et de profiter de la vie en même temps.

5. L’efficacité, c’est mauvais pour la santé

Ceux qui cherchent à aller vite et accomplir plus sont davantage stressés que les autres.

Donc, forcément, ils jouissent d’une moins bonne santé que les autres.

La réalité, c’est qu’il est inutile et même impossible d’être efficace tout le temps. Nous avons tout autant besoin de temps de repos et de détente que de période de travail.

L’idée, c’est de canaliser ses efforts sur de courtes séances d’intense concentration. Et de les entrecouper de moments de récupération.

Dans ces conditions, en plus d’être efficace, on ménage notre énergie et on respecte notre rythme biologique.

Mais ce n’est pas tout.

En effet, il existe une chose beaucoup plus stressante que de travailler vite : c’est la procrastination.

Plus on repousse une tâche importante que nous devrions faire, plus cela nous hante, nous angoisse, nous préoccupe. Plus on remet au lendemain, plus la culpabilité grandit.

Dans ce cas, travailler vite ne vise plus seulement à remplir ses tâches à temps.

Cela permet de se lancer, d’agir avec force et conviction au lieu d’attendre cent sept ans et de faire naitre le poids des regrets sur nos épaules.

Qu’en pensez-vous ? Avez-vous d’autres mythes à nous faire partager sur l’efficacité ? Ou alors un point de vue complètement différent à faire passer ?

Photo © Mat Hayward – Fotolia

Poster un commentaire :

17 commentaires
Ajoutez Votre Réponse